miércoles, 9 de abril de 2008

Radiographie

Par Camille Gobart


Capitonnés sous leurs nuits blanches

à l’ombre grise des palétuviers

lentement sur le talus vert pâle

ils périssent entre deux voies express

 

Fusil à l’épaule les arbres sombres 

inquiètent la ville aux heures mauves

le couteau patiente sous la manche

pour cuivrer bientôt de sang les dalles

 

Les passagers du voyage terrestre

se déplacent sur le ciel inversé

dans les flaques larges du cimetière

imbibées de bleus déserts crénelés


3 comentarios:

paula dijo...

Se te echaba de menos Camille.
Un abrazo.

Raquel Casas dijo...

Necessito traducció...

R.P.M. dijo...

No me atrevo a traducir porque el cuadro de colores no sería el mismo. Grandioso, Camille. En la cercanía de la muerte paseamos todos, aunque no la notamos tan sensiblemente.